Saint Médard


Tropaire à saint Médard

Toi qui veillas avec amour sur ton troupeau
Et combattis le vice avec ardeur,
Toi le modèle des pontifes,
Vénérable évêque Médard,
Envoie sur nos terres la pluie bienfaisante,
Et prie le Christ notre Dieu
De nous envoyer la rosée de Ses grâces.


SAINT MÉDARD, évêque de Tournai et Noyon (560)


Saint Médard est né vers 456 à Salency en Vermandois. Nectaire, son père est le seigneur de Salency et sa mère Protagie de famille gallo-romaine. Nectaire s’est, peu avant la naissance de son fils et sous l’influence de sa femme, converti au christianisme. L’enfant est donc tout naturellement élevé dans l’amour de Dieu et du prochain. Médard manifeste une grande compassion pour les plus démunis dès sa plus tendre enfance. On raconte qu'il donna un jour ses habits neufs à un mendiant aveugle presque nu.


Il étudie à Vermand et à Tournai. Remarqué par Alomer, l’évêque de Vermand, ce dernier l’élève au sacerdoce en 489. Médard devient alors le puissant et infatigable auxiliaire de l’évêque. Tous les traits qu’on rapporte à son sujet sont des actes de bonté. Il ne se décide jamais à punir les chapardeurs qui viennent voler le miel de ses ruches, les œufs de ses poules ou les fruits de son verger. Après la mort d’Alomer il est sacré évêque de Vermand en l’an 530 par saint Rémi. Deux ans plus tard devant la crainte des barbares et après la ruine de cette ville par les Huns sous la conduite d’Attila, il transfère sa résidence à Noyon. Médard va fonder et affermir l’Église de Noyon. Il érige cette ville en un évêché uni à Tournai. Les deux villes ne se sépareront qu’en 1146. Il a beaucoup de problèmes avec le diocèse de Tournai, car les invasions ont ramené les superstitions païennes. Il va pourtant convertir avec patience beaucoup de païens. En 555, après le meurtre de son frère commandité par son mari, la reine Radegonde reçoit le voile des mains de saint Médard.


Saint Médard est associé pour des raisons qu'on ignore à divers dictons météorologiques :

« S'il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard ».

Mais les plus optimistes ajouteront : « À moins que saint Barnabé vienne tout raccommoder ».


Saint Médard meurt le 8 juin 560 et est inhumé à Crouy près de Soissons, là où est fondée plus tard l’abbaye qui porte son nom. Des reliques de saint Médard ont été conservées dans l'église Saint-Médard à Paris et s'y trouvent encore.


Il est le patron des brasseurs, des laboureurs et des marchands de parapluies.


Saint Médard est fêté le 8 juin