Saint Amé


Tropaire à saint Amé

En toi, vénérable père Amé, la divine image se reflète exactement ;
afin de lui ressembler tu as suivi le Christ,
et par ta vie tu nous apprends à rechercher la paix du cœur
dans la solitude de la prière.

Tu fus à l’écoute de Dieu et tu partis laissant tout,
pour construire Sa Maison, là où Sa Divine Volonté l’avait souhaité.

Avec ton frère spirituel saint Eustaise et tous les saints colombaniens,
prie le Christ de sauver nos âmes

 


SAINT AMÉ, moine d'Agaune, 1er abbé de Remiremont

Né à Grenoble en 570, de parents nobles. Son père, Héliodore le confie très jeune au monastère d’Agaune (Saint-Maurice) dans le Valais (Suisse) pour y être instruit dans les vertus chrétiennes. À l’âge de trente ans, il quitte secrètement le monastère pour vivre en ermite dans une grotte. Il y avait passé trois jours de jeûne strict quand des moines envoyés par son abbé le retrouvent. Amé souhaite demeurer dans cette grotte et demande qu’on lui envoie un morceau de pain d’orge et de l’eau tous les trois jours. Il demeure ainsi trois ans lorsque saint Eustaise (abbé de Luxeuil) en 614 est amené à le rencontrer. Amé décide de partir avec lui à Luxeuil. Il fonde le mont Habend, appelé plus tard le  Saint-Mont (ou Saint-Mons).

Vers 620, avec Romaric, sous la règle de saint Colomban, il fonde le monastère double de Remiremont dans les Vosges dont il fut le premier abbé. La louange perpétuelle est assurée par sept chœurs de religieuses. Ils construisent sept églises, chapelles ou oratoires en souvenir des sept églises de l’Apocalyse.

Il passe les dernières années de sa vie en ermite dans une grotte où on lui descendait sa nourriture. C’est là qu’il meurt en 628. Actuellement, le Saint-Mont est un lieu de pèlerinage. Une chapelle garde la mémoire  du premier monastère.

Saint Amé est fêté le 13 septembre