Saint Grégoire de Parumala


SAINT GRÉGOIRE DE PARUMALA, MÉTROPOLITE DE NIRANAM

Il existe en Inde une communauté chrétienne qui fait remonter son origine à l'apostolat de l'Apôtre Thomas. Cette communauté est attestée dès le IVe siècle. Ces Chrétiens, pratiquement ignorés du reste de la chrétienté, sont regroupés sur la côte sud-ouest de l'Inde appelée Malabar, dans l'État actuel du Kérala. À la suite d'une alliance avec l'Église Syrienne Orthodoxe Ancienne en 1665, ces Chrétiens allaient prendre le nom de Syro-Malabar ou Syro-Malankar, selon leur appartenance, car cette église indienne a connu beaucoup de difficultés à la suite d'un prosélytisme catholique romain et protestant qui provoqua beaucoup d'éclatements internes.

Grégoire de Parumala naquit le 15 juin 1848 dans une des plus anciennes familles orthodoxes du pays. Il portait le nom d'lpeora Kochu, cinquième et dernier enfant d'une famille très pratiquante. Il fut baptisé sous le nom de Geevarghese. Il perdit sa mère à l'âge de deux ans et resta marqué d'une manière indélébile par cet événement, bien qu'admirablement élevé par sa sœur aînée Mariam.

Il devait posséder une voix très particulière parce qu'à l'âge adulte elle était décrite ainsi : « Elle renfermait tout à la fois le grondement du tonnerre, et les mélodies des cloches de l'église, tout cela mêlé à sa grâce et à sa dévotion transportant les foules au sublime ». Cette voix allait déjà le faire remarquer à l'âge de 10 ans par l'évêque qui fut séduit et l'ordonna au service de l’autel.

Son oncle mourut de la variole et huit jours plus tard le jeune garçon fut atteint des mêmes symptômes et tomba dans un semi-coma. La Mère de Dieu lui apparut et l'exhorta à dédier sa vie au Seigneur, ce Qu'il lui promit. Le lendemain à son réveil, la fièvre était tombée et il fut rapidement sur pied alors qu'il était condamné. Ce fait fut attesté par un serviteur qui l'a vu parler « à quelqu'un » que lui ne voyait pas.

Il fut pris comme secrétaire de son évêque à l'âge de 16 ans puis ordonné prêtre à 18 ans en 1865. Face aux querelles intestines de son Église le jeune prêtre décide de se retirer et d'entrer en solitude afin de mener une vie identique à celle de saint Antoine d'Égypte. Il mena onze ans dans un monastère une vie très ascétique, qu'il garda tout au long de sa vie et le transforma en un être lumineux.

Le Patriarche syrien vint en Inde en 1876 et consacra le 10 décembre à l'âge de 28 ans le jeune évêque, ainsi que trois autres, qui prit le nom de Grégoire, Métropolite de Niranam. Il déménagea de Vittekal à Parumala, son nouveau lieu de résidence et il devint recteur du séminaire local. Il vivait au milieu de trente diacres, se levant à 4 heures du matin et se couchant après minuit, partageant sa journée entre la prière, l'enseignement théologique, et les affaires administratives de son diocèse. À cela s'ajoutaient, au cours de l'année, quatre carêmes et le jeûne jusqu'à la nuit le mercredi et le vendredi. À Parumala, il vivait de la Providence avec ses séminaristes.

Nous pouvons esquisser son portrait en quelques lignes : il était grand, portait une longue barbe florissante qui se divisait en deux, avait des yeux bleus et une voix extraordinaire. Ses pairs le reconnaissaient comme un grand érudit. Il avait le sens de la mission et il est le premier évêque orthodoxe de cette Église qui est allé vers ses frères non-chrétiens du Kérala. C'était un ange de paix, il calmait les esprits, réconciliait les gens. Il possédait le don de faire des miracles, soignant et guérissant.

Lorsqu'il tomba malade à 54 ans, il prédit sa mort annonçant : « C'est ma fin ». Sa maladie empirait, il dit un jour : « Quelle date sommes-nous ? », « le 31 » lui répondit-on. « Il faut que je souffre encore deux jours ». Et il s'éteignit le 2 novembre 1902. Il fut canonisé en 1947, événement exceptionnel car il est le seul saint canonisé de son Église en 2000 ans.

C'est ainsi que saint Grégoire de Parumala entre dans notre histoire. Mais, récemment, comme une invitation à le prier et à le vénérer, nous avons reçu une parcelle du levain qu’il utilisait pour faire son pain liturgique, et qui est celui utilisé dans l'Église orthodoxe des indes. C'est le même levain qui est transmis depuis des temps forts lointains. Ce cadeau du Ciel, nous le conservons très précieusement et nous l’utilisons chaque semaine pour fabriquer le pain de l’offrande eucharistique. Ce levain est porteur de tout l'amour que saint Grégoire avait pour le Seigneur. Tout cela est un appel à le prier et à le faire entrer dans l'intimité de notre vie spirituelle.

Pour comprendre le lien qu’a saint Grégoire de Parumala avec nous, il faut se remettre en mémoire nos origines dans la deuxième moitié du 19e siècle. Monseigneur Bedros est un évêque de l’Église Syrienne Orthodoxe Ancienne, qui deviendra plus tard Patriarche sous le nom de Mar Ignace-Pierre III. À cette époque, il s'occupait des affaires extérieures de son Église et il allait consacrer des évêques dont deux nous concernent directement. L'un est français, va être consacré pour l'île d'Iona et ses dépendances (Angleterre), et envoyé en Grande-Bretagne, l’autre appartient à l'Église Syro-Malankar (Inde), Mar Paul Athanasius.


Saint Grégoire de Parumala est fêté le 2 novembre