Saint Colomban


SAINT COLOMBAN (540-615)


Colomban est né vers 540 en Irlande d’une famille noble. Enceinte, sa mère eut un songe : « Jaillissant de son sein, un astre flamboyait, les ténèbres en recevaient la lumière, l’univers en recueillait la gloire. » Les sages lui prédirent alors la destinée exceptionnelle de cet enfant. « Il vous naîtra un fils bénit du ciel, sa vertu éblouira la terre et sa valeur montrera aux hommes un chemin victorieux. »

Colomban apprit à lire dans le Psautier dès l’âge de six ans. Très proche de la nature, il se faisait remarquer par sa facilité à apprivoiser les animaux. Jeune homme, il rendait souvent visite à une recluse dont il appréciait la sagesse. C’est ce qui détermina la vocation du plus grand pionnier de la civilisation occidentale. Il se convertit et décida d’embrasser la vie religieuse. Il chemina seul vers l’abbaye de Cluan-Inis en Usler puis vers celle de Bangor qui comptait trois mille moines. Colomban trouvait ses délices dans la sévérité de cette règle aux huit offices quotidiens et aux innombrables exercices ascétiques,comme jeûner totalement pendant plusieurs jours, prier les bras en croix immergés dans l’eau glacée… Il fut appelé à la prêtrise avant de partir avec douze moines évangéliser les contrées païennes en Gaule. Ce pays était alors déchiré par les guerres et, où le clergé donnait l’exemple d’une vie dissolue. Sigebert les autorisa a fondé un monastère à Annegray qui fut bientôt envahi par une foule immense qui venait pour les guérisons que les frères obtenaient par leurs prières. Un concert de louanges célébrait le nom de Colomban. Désireux d'échapper à l'assaut populaire, il trouva une grotte comme lieu de retraite. Comme elle était déjà habitée par un ours, il lui demanda simplement de s'en aller.

Ses disciples devenant trop nombreux, Colomban se mit donc en quête d'une fondation nouvelle. Il découvrit Luxeuil à quelques milles de là. Les moines recréèrent une organisation à l'image du monastère de Bangor. Les novices affluaient, il lui fallait créer une nouvelle fondation. Colomban choisit un riche terrain, bruissant de sources, qu'il nomma Fontaines. Un jour une maladie contagieuse s'abattit sur les moines de Luxeuil. Colomban visita les malades et leur ordonna de se lever pour aller battre le grain. Tous ceux qui obéirent furent guéris. Mais les désobéissants et les lâches se débattirent pendant une année dans la douleur. Colomban assurait lui-même la direction des trois abbayes : Annegray, Luxeuil et Fontaines, groupant trois cents moines environ. Le roi Théodebert lui offrit d'aller évangéliser les païens au-delà du Rhin. Arrivé à Bâle, le moine Urcisin se détacha de la communauté et fondit par la suite l'abbaye de Saint-Ursanne dans le Jura. Expulsée par les Celtes, chassée de Tuggen, la communauté se dirigea ensuite vers l'Est, en Autriche, et se fixa à Bregenz.

Après la mort du roi Théodebert, le pays devenait dangereux, Colomban résolut donc de partir de Bregenz, et prit le chemin le plus court conduisant en Italie. Seul Gall, terrassé par la fièvre voulut rester. Colomban l'y autorisa, mais lui interdit de célébrer la messe tant qu'il serait vivant. Il laissa donc Gall en Suisse. Traversant avec mille obstacles la chaîne des Alpes, il s'établit à Bobbio près de Milan. Ils relevèrent les ruines, débroussaillèrent le terrain, défrichèrent la terre. Malgré l'âge et la fatigue, Colomban s'était joint aux travaux. Mais la protection du Ciel récompensait son courage.

Accablé d'infirmités, usé par la fatigue, il s'éteignit le 23 novembre 615 à Bobbio, au milieu de ses moines, à l'âge de 75 ans. Nombre de ses disciples fondèrent des monastères qui couvraient toute l’Europe.

Saint Colomban est fêté le 23 novembre

Photo : statue de saint Colomban située à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône)