Communion des Églises Orthodoxes Occidentales

Assemblée des Églises Orthodoxes Occidentales du 26 au 28 mai 2017 au Centre Béthanie (57-Gorze)

Programme ›


7 et 8 mai 2016

Réunion des clergés de la Communion des Églises Orthodoxes Occidentales
au prieuré Notre-Dame et Saint-Thiébault (Gorze)

En savoir +


De gauche à droite : Mgr Martin, Mgr Grégoire, Mgr Mael et Mgr Marc

Précisions et Informations

La Communion des Églises Orthodoxes Occidentales (C.É.O.O.) fut créée le 25 décembre 2007. Elle unit trois Églises : L’Église Orthodoxe Française (É.O.F.), l’Église Orthodoxe des Gaules (É.O.G.) et l’Église Orthodoxe Celtique (É.O.C.). La C.É.O.O. a été créée parce qu’elle rassemble trois Églises qui sont issues de la même tradition occidentale ancienne et qui ont la même conception de l’Église indivise.


Il s’agit d’une reconnaissance mutuelle, une réponse à la motion de l’Esprit Saint qui nous a guidés. Nous ne cessons d’approfondir la dimension prophétique de cette œuvre que nous savons d’origine divine. Cette alliance est très exigeante et rien ne serait plus faux que de croire qu’il est facile de grandir dans nos différences. Nous bâtissons dans le temps et nous apprenons à construire sur des fondations solides dont les matériaux sont fidélité à nos Pères, respect mutuel, charité et vérité dans la foi orthodoxe dans l’intuition spirituelle qui nous anime.


Nos trois Églises ont chacune leur histoire. Elles ont longtemps cheminé séparément, mais la Providence les avait destinées à se rejoindre. Il fallut une longue route semée d’embûches, d’épreuves, de courage, de ténacité et d’humilité pour garder fidèlement l’héritage de nos Pères respectifs. Peu ou pas comprise, interprétée ordinairement comme cultivant un esprit d’indépendance, la fidélité à nos traditions nous a valu bien des difficultés et parfois des humiliations. C’est au contraire un chemin escarpé où nous sommes souvent mis à l’épreuve dans notre quête permanente pour nous réapproprier notre héritage spirituel et l’actualiser dans notre temps. Des hommes et des femmes ont souffert et donné leur vie pour que cette tradition vienne jusqu’à nous. Il est impossible que nous y soyons infidèles.


Nos refus d’entrer dans une des Églises historiques, lorsqu’on nous demandait de renier notre tradition spirituelle, n’ont d’autre motif que cette loyauté à l’égard de nos Pères. Cette fidélité est obéissance à la Volonté de Dieu et non à une volonté propre. Pourtant, le désir d’unité est au cœur de notre foi. Comme notre saint père Tugdual l’enseignait, l’Église-Corps du Christ est absolument indivise. Chacune de nos Églises est l’Église dans sa plénitude, mais ne saurait exister sans les deux autres, ni bien sûr sans les autres Églises dont la foi et les traditions sont « catholiques » selon le terme consacré par les Pères de l’Église. Nous avons le désir d’une pleine communion avec toutes les Églises, mais pas au prix de sacrifier nos héritages, notre esprit et nos us et coutumes.


Une communion comme celle que nous avons voulue n’est possible que lorsque l’Esprit Saint nous y conduit. Beaucoup ne comprennent pas le sens profond de l’unité de l’Église et la conscience ecclésiale que cela implique dans une vie en Christ où tout intérêt personnel doit être abandonné. Si elle n’est pas bâtie sur le Roc (Cf. Mt 7, 24–27), aucune « communion » ne peut tenir dans le temps. Il ne serait pas possible d’intégrer dans notre Communion une autre Église tant que celle-ci ne posséderait pas les critères énoncés dans la « Charte » et dans les « Conseils, Usages et Directives » de la C.É.O.O. Il ne suffit pas d’être de « foi orthodoxe ». Encore faut-il l’être dans le droit fil d’une tradition, d’un rite et d’une filiation apostolique pour restaurer une Église d’origine apostolique, grâce à une lignée « d’apôtres » des temps modernes appelés par Dieu. Nous ne pourrions établir des liens avec des « Églises » dont nous ne sentirions pas une vraie conscience ecclésiale, une tradition authentique et un même esprit.


Cette courte réflexion a pour but d’esquisser la nature profondément ontologique de ce qui unit nos trois Églises. La Communion des Églises Orthodoxes Occidentales est une communion à l’Image de la Sainte Trinité et non une simple alliance. Notre charte précise : « Au cœur de cette Communion, nos héritages spirituels respectifs se reconnaissent et s’accomplissent à l’image de la Sainte Trinité en laquelle les Personnes sont unies sans confusion et distinctes sans séparation ».

La dernière réunion du collège épiscopal a franchi un pas supplémentaire dans ce sens en instaurant un ministère soulignant l’union sans confusion de nos trois Églises. Un évêque, choisi par ses pairs, sera élu « pour sauvegarder et manifester » l’unité de la Communion, « veiller au maintien de la paix au sein du collège épiscopal » et représenter la Communion « dans les rapports avec les autres Églises ou les institutions civiles ». Ainsi, notre Communion repose sur les fondations même sur lesquelles l’Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique fut fondée par le Christ.


Informations

Vous trouverez dans nos Sites Web toutes les informations nécessaires, ainsi que les annuaires de nos paroisses et celles des Églises avec qui nous sommes en communion. Hormis celles-ci, nous n’avons aucun lien avec d’autres groupes ecclésiaux, quand bien même ceux-ci se réclameraient des mêmes lignées apostoliques, mêmes rites ou mêmes traditions qui caractérisent notre orthodoxie occidentale ou utiliseraient des matériaux comme des photos ou écrits "puisés" dans nos Sites.

Versions : anglaise - espagnole - allemande

Charte


Usages, conseils et directives